ScienceComm'13

Session 1 - Accueil et exposés liminaires: Limites et enjeux de la communication scientifique

Présentation: Enjeux et transformations de la médiation scientifique

 

Bernadette Bensaude-Vincent, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (France)

 

Website

 

Slides

 

 

 

En retraçant à grands traits l'évolution de la communication scientifique depuis l'émergence de la vulgarisation de masse au XIXe siècle jusqu'aux mouvements les plus récents, on s'efforcera de dégager les positions respectives assignées aux scientifiques et au public. On insistera sur la solidarité entre les images de la science, l'attitude des experts et celle des citoyens.

Présentation: La médiation scientifique: repousser les frontières

 

Richard-Emmanuel Eastes, Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes (France)

 

Website

 

 

Slides

 

 

 

 

 

On peut limiter le rôle du médiateur scientifique à celui du «vulgarisateur » : passeur de savoirs et stimulateur de passions, il mène son public vers une compréhension du monde objective et rationnelle. Mais il arrive qu'il créée, malgré lui peut-être, une distance entre des citoyens confrontés au souvenir de leurs laborieux apprentissages scolaires et les vérités froides d'une science radieuse et trop brillante, niant parfois des valeurs individuelles malmenées par un progrès technologique érigé en principe.
Aussi est-il possible de lui donner une toute autre ampleur: catalyseur de dialogue et révélateur de convictions, le rôle premier du médiateur se complète par la capacité à stimuler la compréhension non plus seulement des propriétés naturelles du monde, mais également des bouleversements que lui imprime la technoscience du 21e siècle; la compréhension non plus seulement de la « démarche scientifique », mais également du rôle de la science en tant qu'objet de culture.
A travers plusieurs exemples, du clown de science aux jeux de discussion en passant par les ateliers Biophilia de Björk, nous questionnerons la légitimité des frontières habituelles de la médiation scientifique pour, peut-être, envisager de les repousser.

Présentation: Information, dialogue, participation? Le citoyen et la science

 

Markus Weisskopf, Wissenschaft im Dialog GmbH (Deutschland)

 

Website

 

 

Slides

 

 

Les critiques exprimées par Volker Meyer-Guckel (Association des donateurs pour la science allemande) sur l'orientation marketing de la communication scientifique au cours de ces dix dernières années ont suscité un vif débat sur ses objectifs en Allemagne. Est-ce que toute communication émanant de la science est forcément un outil de marketing ? Dans le but de capter au final le plus d'argent possible pour son propre organisme ? Ou voulons-nous continuer à jouer notre rôle démocratique et informer les citoyennes et les citoyens de manière impartiale et mener avec eux un «vrai» franc dialogue? Et si c'était le cas, à quoi ressemblerait alors ce «vrai» dialogue? Au cours de mon exposé, je présenterai après une brève introduction à la discussion quelques-unes des conditions nécessaires à un franc dialogue transparent. Je montrerai ensuite à l'aide de quelques exemples concrets quels formats peuvent favoriser ce dialogue et dans quelles situations ils sont utilisables.

Session 2 - Comment utiliser de façon optimale la communication à travers les médias sociaux?

Présentation: Réseaux sociaux – malédiction ou bénédiction?

 

Samuel Fischer, Zentrum für Schulgeschichte Forschungsbibliothek Pestalozzianum

 

Website

 

Slides

 

 

 

 

De nos jours, tout le monde parle des réseaux sociaux et du marketing sur les réseaux sociaux et très peu d'entreprises veulent (et peuvent) se passer des nombreux avantages de la communication sur les réseaux sociaux. Les institutions scientifiques n'y échappent pas non plus. Il n'est donc pas rare de rencontrer un nombre croissant d'universités et d'autres institutions scientifiques dans les réseaux sociaux.
Bien que la communication scientifique via les réseaux sociaux présente d'énormes avantages et qu'il soit pratiquement impossible d'en exclure aujourd'hui l'utilisation, avant de les utiliser les institutions ont besoin d'en connaître aussi les inconvénients et les risques qui leur sont inhérents, ce qui malheureusement est souvent négligé. Cette conférence aura pour thème, en dehors des avantages des réseaux sociaux, notamment aussi les risques. Par ailleurs, elle montrera à l'aide de solutions concrètes comment faire face à ces risques.

Présentation: Google Plus as a Medium for Science Communication

 

Cristina Rigutto, University of Padova (Italy)

 

Website

 

Slides

 

Social media are time consuming, and communicators tend to use the web tools to replicate content simultaneously in all social networks, regardless of the public. But social networks are not meant to publish ubiquitous content, as each network is built upon a different communication model, and it is focusing on different needs and profiles. To efficiently use the social media, one has to decide on a project by project basis, which is the best tool to join the science conversations among diverse and wider audience, to start a community to discuss research with peers, to capture new audiences, or to educate new generations. Google plus is a web platform offering a selection of integrated applications functional both to dialogue, and to information curation and sharing. My intent is to offer some insightful help for science communicators to define how to best incorporate Google Plus tool into science communication endeavors, to increase efficiency and to avoid wasting their time.

Présentation: «Faster horses» ou une automobile (Henry Ford)? Exploiter le potentiel du Web 2.0 signifie repenser l'école et la formation – et non les perfectionner 

 

Hanna Muralt Müller, Schweizerische Stiftung für audiovisuelle Bildungsangebote

 

Website

 

Slides

 

 

La rapide mutation technologique et sociale modifie les attentes concernant nos connaissances et nos compétences. Simultanément naissent de nouvelles formes de communication scientifique en dehors du système actuel formalisé d'éducation et de formation continue. Qu'advient-il de l'école et de la salle de classe traditionnelle quand il est possible d'apprendre à n'importe quel moment et partout sur et via Internet et quand il devient de plus en plus difficile d'harmoniser rapidement les filières de formation aux nouvelles attentes? Quand les professionnels acquièrent environ 80% des connaissances dont ils ont besoin au quotidien de manière informelle, généralement sur leur lieu de travail? Quand près de la moitié de ceux qui ont une formation travailleront plus tard dans un domaine professionnel différent? Ne devons-nous pas repenser l'école?*

Session 3 - Alors que les rédactions dégraissent, l'influence des services de presse et des chercheurs augmente. Est-ce que le journalisme scientifique demeure suffisamment critique?

Présentation: Un chien de garde pour la science

 

Pascal Biber, Schweizer Klub für Wissenschaftsjournalismus

 

Website

 

Slides

 

Les journalistes scientifiques ne sont pas le porte-parole de la science. Il existe pour cela des services de communication spécialisés qui le font avec un grand professionnalisme, et c'est une bonne chose. Or, le rôle des journalistes scientifiques n'est pas de produire encore plus de pareil au même. Leur rôle est de regarder de près ce que font les chercheuses et les chercheurs ainsi que les professionnels de la communication. La question n'est pas de savoir s'ils peuvent encore le faire, parce qu'ils doivent le faire. Faute de quoi, ils perdront toute légitimité, crédibilité et considération. C'est en cela que réside la différence entre le journalisme scientifique et le journalisme politique ou économique. La diminution des ressources est un problème pour l'un comme pour l'autre. Or, le journalisme scientifique ne sera en mesure d'y résister que s'il joue davantage son rôle de chien de garde de la science. Sinon, il sera son propre fossoyeur.

Présentation: Journalisme scientifique: Exigence sociétale et réalité journalistique


Michael Schanne und Angelica Hüsser, Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften

 

Website

 

 

  - Ce que les journalistes scientifiques ne veulent pas: effectuer un programme de formation postscolaire
- Ce que les journalistes scientifiques veulent: informer objectivement sur la science et la technologie / rédiger des articles attrayants / favoriser l'acceptabilité de la science et de la technologie
- Ce que le journalisme scientifique fait: fournir des informations sur les manifestations/écrire sur les publications et les congrès/rendre hommage à l'excellence scientifique sur le plan local et national/décrire des «vérités éternelles» comme étant les résultats de la recherche scientifique
- Ce que le journalisme scientifique ne fait pas: faire la différence entre la connaissance scientifique et les conditions sociales de sa production (« laboratoire », « institut », « université ») / qualifier l'orientation applicative (guidée par des intérêts) de la connaissance scientifique/décrire de façon compréhensible les processus cognitifs scientifiques
- Dans l'ensemble: un programme étroitement limité de description professionnelle routinière d'extraits de la réalité/qui n'offre pas de possibilités/qui ne stimule pas

Présentation: Un bouffon pour la science


Roland Fischer, sciencetc. 

 

 

Slides

 

 

La science est beaucoup plus qu'une simple «fabrique de faits», elle raconte des histoires très suggestives. Mais il manque un média qui reflète la science au-delà de la simple transmission de faits et la considère d'un point de vue inhabituel : celui de la satire. Un blog scientifique bien intégré dans des réseaux sociaux est l'endroit idéal pour cela. Il offre de l'espace pour le parodique, la raillerie mordante, des réflexions subtiles et des commentaires cinglants. Son objectif premier doit être de susciter le débat. Il jette quotidiennement un coup de projecteur sur le fonctionnement de la science, il est chronique, analytique, gloses, revue de presse – accès et forme sont libres. La seule condition est qu'il ait l'œil sur la science et son importance pour la société, de façon intelligente et critique.

Session 4 - La science à fleur de peau!

Atelier: Communication interactive efficiente entre science et grand public

 

Matthias Erzinger und Tania Kyburz, Akademie der Naturwissenschaften Schweiz

 

Website

 

Slides

 

«Un véritable dialogue n'est possible que si je parle un langage qui est compris » – Ce principe n'est pas souvent appliqué dans la communication scientifique et en particulier dans la communication interactive. La communication scientifique est en grande partie une communication vue de la science. Et les médiateurs n'atteignent souvent qu'un public limité.
La question sera posée dans le workshop de savoir comment les contenus scientifiques peuvent être conçus de manière à atteindre les groupes cibles et leur objectif tant sur le plan linguistique que dans leur langage formel. Des exemples seront présentés et débattus à l'aide de la campagne du bicentenaire de SCNAT.
1. Le concept « recherche live! » Exposé introductif : Matthias Erzinger, responsable du projet bicentenaire de SCNAT 
2. Questions / débats 
3. Exemple pratique Suisse alémanique: Tania Kyburz, responsable adj. du projet bicentenaire de SCNAT 
4.Exemple pratique Suisse romande: Isaline Mercerat, membre de l'équipe du projet bicentenaire de SCNAT (en français) 
5.Exemples des participants. Les participants intéressés sont invités à envoyer leurs exemples d'ici fin août à l'équipe de projet: Ceux-ci seront ensuite évalués ensemble avant la conférence et présentés à ScienceComm:
Mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., référence ScienceComm
6. Débats
7. Quelles possibilités offre la campagne du bicentenaire de SCNAT aux acteurs de la médiation scientifique Tania Kyburz 

Session 5 - Mon projet m'a confronté à de gros défis. Lesquels et comment ont-ils été maîtrisés? (part 1)

Présentation de projet: La Fondation Gen Suisse présente son roadshow «Quelle dose de science y a-t-il dans la science-fiction?»


Daniela Suter, Stiftung Gen Suisse

 

Website

 

Slides

  La Fondation Gen Suisse tourne depuis un an avec son roadshow «Quelle dose de science y a-t-il dans la science-fiction?». Le roadshow est une présentation qui explique à partir de célèbres films hollywoodiens ce que peuvent faire aujourd'hui la technologie moléculaire et le génie génétique et ce qui restera probablement du domaine de la fiction même dans avenir lointain. L'auditoire assiste à une présentation qui aborde des questions scientifiques sérieuses sous un angle divertissant. Plus de 500 élèves ont déjà suivi très attentivement ces exposés et participé activement aux débats qui y ont fait suite sur les aspects éthiques de la recherche scientifique. La présentation de ce projet vous en apprendra plus sur sa mise en œuvre ainsi que sur les défis qui vont de pair.

Présentation de projet: Films scientifiques: rêves et réalités

 

 

Jacqueline Ries, Université de Lorraine et CNRS – Festival film de chercheur

 

 

Website

 

Slides

  Pour le Festival de films de chercheur, la question des contenus des films (résultat ou démarche ?) est centrale. Depuis plusieurs années nous faisons le constat que de nombreux films diffusés sur les chaines de télévision véhiculent une certaine idée de la science. Écrits et réalisés pour capter l'attention des spectateurs, les garder sur la chaîne, ils sont souvent simplificateurs, et peuvent présenter des résultats approximatifs, voire erronés. Forts de ce constat qui s'est vérifié à plusieurs reprises lors de projections nous avons choisi : – de privilégier l'accompagnement systématique de nos projections par des chercheurs – de valoriser la spécificité de notre festival : promouvoir et soutenir des films dans lesquels les chercheurs sont les auteurs, et où c'est la démarche qui est mise en valeur – d'initier des films à travers un concours destiné aux jeunes chercheurs. Ma présentation s'attachera à mettre en lumière cette problématique à travers des exemples concrets.

Présentation de projet: Films suivis de débats


Erich Schwarz, Universität Zürich

 

Website

 

Slides

 

  Des tables rondes (débats) seront proposées pour soulever des questions sociétales et politiques dans le cadre d'un événement ouvert au grand public et en débattre. Il sera possible d'introduire des points de vue scientifiques. Cette forme particulière de débats – projection d'un film suivie d'un débat – présente l'avantage de mettre sur la même longueur d'onde les participants de table ronde et les spectateurs. Le débat est immédiatement alimenté par des thèses. Cela efface aussi en partie la distance naturelle entre les experts et le public généralement peu informé. Au cours de trois diffusions suivies de débats, l'intervenant partage ses expériences avec le public.

Présentation de projet: Parc des graminées, l'or vert à la ZHAW

 

 

Petra Bättig-Frey, Zürcher Hochschule der Angewandten Wissenschaften

 

Website

 

Slides

 

 

  Le nouveau parc des graminées dans l'enceinte du campus Grüental de la ZHAW est intéressant d'un point de vue horticole et sert à la transmission de connaissances. Dans le premier «environnement narratif» de la ZHAW, les visiteuses et visiteurs ont l'occasion de se pencher de manière ludique et surprenante sur l'importance fondamentale des graminées pour notre histoire et notre avenir. Partant de l'importance culturelle et historique des graminées, il montre la mutation de l'agriculture ainsi que les décisions de plus en plus complexes auxquelles celle-ci est confrontée.
Comme ce parc n'est pas exclusivement réservé à un public extérieur, mais sert aussi en interne pour permettre de visualiser le contenu des cours dans le cursus d'ingénieur en environnement, il a fallu prendre en compte des besoins extrêmement différents. Le défi majeur de ce projet a consisté à intégrer les différents groupes de recherche en temps voulu et à présenter les différents points de vue de manière adéquate qui soit aussi claire pour un large public.
Session 6 - Science achetée? Le journalisme scientifique sous les feux croisés

Atelier: Science achetée? Le journalisme scientifique sous les feux croisés des intérêts d'après l'exemple du «savoir dans le gratuit 20 minutes»


Pascale Vonmont, Gebert Rüf Stiftung
Beat Glogger, scitec-media
Vinzenz Wyss, Carmen Koch, Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften

 

Website

Website

Website

 

 

 

Objectif:
Il s'agit d'éclairer à l'aide d'une étude de cas souvent controversée plusieurs questions thématiques programmées pour ScienceComm'13. Dans cette optique, nous proposons notre propre format qui cherche à favoriser au maximum l'interaction avec les participants.

 

 

Déroulement :
A. Exposés introductifs
1. Motivation et rôle du donneur d'ordre; Pascale Vonmont,
Fondation Gebert Rüf
2. Pratique du journalisme scientifique, assurance qualité,
se distinguer des PR; Beat Glogger, scitec-media
3. Evaluation et étude d'impact; Résultats de la recherche
d'accompagnement; Vinzenz Wyss/Carmen Koch, IAM,
Haute Ecole zurichoise en sciences appliquées (ZHAW)
B. Débat public avec un animateur et les intervenants

 

Session 7 - Scientainment aux musées: divertissement, fascination, avantage, séduction?

Présentation: Didactique ou ludique? L'expérience de l'Espace des Inventions


Emmanuelle Giacometti, Espace des Inventions

 

Website

 

Slides

  En douze ans d'activités, l'Espace des Inventions a conçu et réalisé huit expositions traitant de thèmes scientifiques ou techniques. Destinées en premier lieu au jeune public, ces expositions visent à éveiller l'intérêt et la curiosité pour ces disciplines via des dispositifs interactifs associés dans une scénographie forte.
Les dispositifs didactiques donnant accès à un contenu scientifique précis ne sont pas toujours attractifs. A contrario, les dispositifs très ludiques qui sont les plus convoités perdent parfois leur sens au profit du jeu pur. Comment trouver le juste équilibre entre l'attrait d'un dispositif et son intérêt pédagogique ? Quelles sont les potentiels et les limites de ce type de médiation? Des exemples concrets extraits des expositions de l'Espace des Inventions seront commentés et des pistes de réflexion sur la réussite à la fois populaire et pédagogique de ces dispositifs seront proposées.

Présentation: Comprendre ou saisir?


Peter Kuntner, Stephan Lichtensteiger, fischteich

 

Website

 

Slide

  Scénographie et mise en scène comme stratégies de médiation dans la communication scientifique.
Les expositions itinérantes, roadshows, expositions permanentes et temporaires sont aussi des formats de médiation appréciés dans le monde scientifique. Nous tenons à répondre à partir d'exemples tirés de notre pratique en tant que concepteurs d'exposition et scénographes à certaines questions qui décident, à notre avis, de la réussite des expo- sitions dans le domaine de la science:
- Approche directe, émotionnelle et sensuelle plutôt que pure transmission de connaissances
- Un pas en avant – immerger dans l'espace mis en scène au lieu de rester à l'écart
- Il était une fois ... l'importance de la dramaturgie et la dynamique des ressources utilisées
- Condenser les savoirs complexes et les réduire sans les déformer. Elaborer et proposer différemment des informations en fonction des besoins spécifiques.

Présentation: L'art de la séduction


Dora Strahm, Naturhistorisches Museum der Burgergemeinde Bern

 

Website

 

Slides

  Nos expositions proposent un divertissement intelligent et cultivent de manière subversive – le public apprend beaucoup de choses sur la science, sans dogmatisme.
Cela signifie ne pas avoir peur des manques: dans les expositions qui plaisent et suscitent la curiosité des publics ayant un «accès limité à la culture», il ne s'agit pas de rabâcher un programme obligatoire. Une exposition doit étonner, amuser, épater. Car seules demeurent les informations qui touchent émotionnellement les gens.
C'est pourquoi des ambiances fascinantes, des objets particuliers, des mises en scène originales et des informations facilement compréhensibles amènent les visiteurs à se lancer dans l'aventure de la science. La visite d'une exposition ne fera pas d'eux des experts – mais peut-être des gens qui regardent la nature avec d'autres yeux.
Session 8 - Prix Média 2013

Accueil


Thierry Courvoisier, Académies suisses des sciences

 

 

  Les académies-suisses se donnent pour tâche d'animer le dialogue entre les sciences et la société. Dans ce cadre, elles soutiennent des journalistes et des chercheurs, qui rendent accessibles à un large public des thèmes complexes. Avec le «Prix Média académies-suisses», les académies-suisses souhaitent louer et encourager ce travail de transmission. Le «Prix Média académies-suisses» est remis chaque année dans quatre domaines
- sciences humaines et sociales
- sciences naturelles
- sciences médicales
- sciences techniques
et est doté de CHF 10000.– par discipline.

Session 9 - Science Biergarten

Martin Grünig, Amt für Kultur und Archäologischer Dienst in Bern 

 

Website

 

Séverine Trouilloud, Sara Tochetti, laboratoire public «L'Eprouvette»

 

Website

 

Janine Herrmann, Interpharma

 

Website

 

Sandrine Hajdukiewicz, espace des inventions

 

Website

 

 

 

Archéologie vivante – les valises pédagogiques

 

 

 

 

Biologistes Do-it-yourself

 

 

 


Film 3D «Just a Virus?!» et jeu de chimie «Chemix»

 

 


Calendrier perpétuel

Session 10 -  Expériences acquises au fil du temps et mesure de l'impact de la communication suisse en matière de science et de santé

Présentation: Nouveaux regards sur la communication scientifique


Fabienne Crettaz von Roten, Université de Lausanne

 

Website

 

Slides

  Depuis longtemps, des études ont cherché à dresser le portrait des publics de la communication scientifique, puis à élaborer des modèles explicatifs de ce portrait, à mesurer les effets sur les publics et finalement à analyser les contextes dans lesquels le savoir est transmis. Le savoir faisant l'objet d'une médiation lors de sa diffusion aux différents publics, les différentes formes de médiation ont également été étudiées.
Cependant, la communication scientifique s'adapte et / ou bénéficie de différents changements − tels que celui du fonctionnement et du rôle des Hautes Ecoles et donc des scientifiques, l'émergence de la cyber-culture, etc. Sur la base de différentes études récentes sur les scientifiques et sur la population, nous allons présenter différents résultats qui amènent de nouveaux regards sur la communication scientifique.

Présentation: Campagnes nationales – 19 ans d'expériences de l'Office fédéral de la santé publique


Thomas Zeltner, Stiftung Science et Cité

 

Website

 

Slides

  L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lance régulièrement des campagnes nationales sur des thèmes divers. Thomas Zeltner racontera à l'aide d'études de cas (ce qui a bien marché ou moins bien) en partant de sa longue expérience de directeur de l'OFSP et comment il est passé à la communication scientifique en tant que président de la Fondation Science et Cité.

Session 11 -  Scientainment: Comment rendre la science divertissante?

Présentation: Scientainment: Comment rendre la science divertissante?


Gian-Andri Casutt, andaweb.ch 

 

Website

 

 

 

  La nouvelle tendance dans la communication scientifique est le scientainment. Il s'agit de toucher un nouveau public avec des spectacles, du théâtre, des jeux et des quiz qui rappellent les émissions de télévision. Certains de ces formats seront présentés dans le workshop et d'autres idées seront formulées au cours d'un brainstorming collectif. On pourra ainsi se faire une idée des formats de scientainment actuels et futurs. Les participants discuteront des nouvelles tendances et des formats et tenteront de voir un peu ce que l'avenir nous réserve.
En conclusion, les participants présenteront leurs idées des futurs formats de scientainment et évalueront les idées actuelles.

Session 12  - Communication scientifique: au service de la science ou au service du public?

Présentation: Communication scientifique vue par les chercheurs


Iris Hermann-Giovanelli, freischaffend   

 

Slides

  Les scientifiques et spécialistes des sciences sociales des universités suisses sont d'accord: La communication scientifique est aujourd'hui une mission importante pour le système scientifique. La communication scientifique fait office de « retour sur investissement » pour le grand public: Le savoir produit en partie grâce à l'argent public doit – au moins dans une certaine mesure – revenir à la société. La communication scientifique est ainsi au service de la société. Jusqu'ici tout va bien. Mais quels sont les enjeux et les limites de la communication scientifique qui en résultent pour les scientifiques eux-mêmes? Partant de ces résultats et d'entrevues avec des scientifiques de diverses universités suisses dans le domaine de la recherche sur le génie génétique vert et sur la démocratie, Iris Herrmann-Giovanelli explorera cette question au cours de son exposé.

Présentation: Dr Sautter et Mr.Greenpeace
L'étrange histoire du test de blé transgénique en plein champ


Florian Fisch, freischaffender Wissenschaftsjournalist 

 

Slides

  « Les risques du génie génétique sont imprévisibles », disent ses adversaires. « La recherche n'est pas concernée par le moratoire », disent les politiques. Dans ce contexte, Christof Sautter, chercheur à l'EPF de Zurich, a tenté en 2004 de tester son blé génétiquement modifié sur le terrain. Cinq années de lutte pour obtenir l'autorisation, quatre mois de siège des opposants et une présence constante des médias ont laissé des traces.
Sautter a raconté au cours de ScienceComm'11 ses expériences personnelles. Mais comment en est-on arrivé là ? Est-ce que les biotechnologues ont commis des erreurs ? Pourquoi est-ce que la confiance dans le génie génétique n'a pas progressé avec l'essai? J'analyse actuellement ces questions dans mon livre. Conçu dans un premier temps comme un plaidoyer en faveur de la liberté de la recherche, il montre les faux pas que commettent les scientifiques quand ils ont besoin de communiquer. Mon exposé étudie des pistes possibles pour s'en sortir.

Session 13 - Mon projet m'a confronté à de gros défis. Lesquels et comment ont-ils été maîtrisés? (part 2)

Présentation de projet: Les chercheurs dans l'herbe


Nicolas Beck, Université de Lorraine

 

Website

 

Slides

  Créer du dialogue entre les scientifiques et le public, tel est le fil conducteur des actions menées à l'Université de Lorraine. Pour un dialogue constructif et convivial, quoi de mieux qu'une rencontre sur le terrain, en petits groupes? Depuis quatre ans, l'équipe de CST de l'Université propose une série de rencontres thématiques, qui vise à aménager des moments privilégiés pour qu'un échange fructueux se déroule entre chercheurs et citoyens. Découvrir l'architecture de la ville, partir à la découverte des insectes, se laisser raconter la formation des paysages par un géologue, profiter d'une balade à vélo pour comprendre l'histoire des aménagements des cours d'eau au fil des siècles ... voici quelques exemples de sujets traités au cours des sorties «Les chercheurs dans l'herbe». Ces moments de discussion, loin de tout amphi ou salle de cours, constituent l'une des activités de CST les plus efficaces qualitativement parlant, le public et les chercheurs y trouvant une pleine satisfaction.

Présentation de projet: Comment communiquer la recherche mathématique au grand public?


Hugo Parlier, Université de Fribourg

 

Website

 

Slides

  Les mathématiques jouent un rôle clé dans le monde qui nous entoure, de par leurs rapports avec les sciences et les processus de pensée rationnelle qu'elles impliquent. Alors que les mathématiques modernes se développent à un rythme étourdissant, le grand public est généralement laissé dans l'obscurité, séparé par un énorme fossé du monde des professionnels. Parmi les problèmes rencontrés quand on tente de combler ce fossé, on trouve la nature abstraite de la matière, le fait que c'est une science constructive, les mauvaises expériences scolaires ayant entraîné des blocages, ainsi que l'acceptabilité sociale de l'échec en mathématiques.
Nous présenterons notre projet AGORA (du Fonds National Suisse) « Bridging the gap : an invitation to the hidden side of mathematics » qui visera à vulgariser certains aspects de la recherche mathématiques à l'aide de nouvelles technologies interactives telles que l'iPad d'Apple.

Présentation de projet: informatik@schule
Le «Castor Informatique» comme approche à l'exploration ludique et accessible de l'informatique à l'école


Andreas Hieber, LerNetz AG
Martin Guggisberg, PH FHNW

 

Website

Website

 

Slides

  Le Castor Informatique est un concours international qui connaît un grand succès. L'objectif est de susciter l'engouement des enfants et des adolescents pour l'informatique. Le concours se compose d'exercices qui montrent la diversité et l'utilité de l'informatique au quotidien.
Est-ce que ce concours offre un potentiel pour approfondir des questions d'informatique dans l'enseignement scolaire?
Une équipe interdisciplinaire des domaines de la science, de l'éducation et des nouveaux médias élabore des outils pédagogiques modernes et polyvalents pour le secondaire I, qui partant du concours reprennent des concepts centraux de l'informatique en adéquation avec les groupes cibles.
Dans le cadre de la présentation du projet, nous mettons en évidence ses enjeux, expliquons l'approche didactique des outils pédagogiques et nous nous demandons comment l'informatique peut trouver sa place en cours.

Présentation de projet: Physique solaire et transfert des connaissances pour un domaine de recherche hautement spécialisé


Hanna Sathiapal, Hochschule für Technik FHNW

 

Website

 

Slides

  Il existe un fossé entre le domaine spécialisé d'une scientifique et la connaissance générale du grand public. Comment faire pour le combler afin de pouvoir parler ensemble de recherche?
La discussion entre les visiteurs et les chercheurs présents lors de manifestions publiques est au cœur du travail de relations publiques pour deux projets de l'UE dans le domaine de la physique solaire. Un objet d'exposition pratique – un modèle de table de la recherche solaire actuelle qui contextualise le sujet pour les discussions – sert de pont entre la recherche et le grand public. Il permet à tous les âges de se plonger activement dans le sujet, chacun à son propre rythme. Cela engendre ainsi des situations particulières qui serviront de base à des discussions destinées aux visiteurs.
La présentation du projet aborde et propose à la discussion le concept de médiation, le modèle d'apprentissage en arrière-plan, les expériences faites lors d'événements publics ainsi que les possibilités d'évolution du projet.

Présentation de projet: «Tu tut»
L'oreille en voyage – notre patrimoine culturel sonore Une exposition de la Phonothèque nationale suisse


Peter Kuntner, Stephan Lichtensteiger, fischteich

 

Website

 

Slides

  Nous avons conçu et réalisé pour le 25ème anniversaire de la Phonothèque nationale suisse une exposition itinérante qui parcourt actuellement toutes les régions de Suisse. Nous parlons de son approche conceptuelle et abordons les principaux défis.
Approche :
Elaboration commune avec les donneurs d'ordre, focalisation sur les principaux contenus en recherchant un mode de transmission ludique pour un large public.
Principaux défis:
Cette exposition itinérante – mouton à cinq pattes des formats scénographiques – est à la fois imposante et transportable, solide et flexible.
Les contenus audio présentent deux difficultés pour l'exposition: Il n'y a rien à voir et le média a une temporalité, il n'y a donc pas de coupures possibles.

Session 14 - Comment évaluez-vous l'impact de la communication scientifique, plus particulièrement lors de manifestations ?

Atelier: Comment évaluer les activités d'apprentissage parascolaires ?


Melanie Paschke, Juanita Schläpfer, Zurich-Basel Plant Science Center

 

Website

 

Slides

  Dans ce workshop, il s'agit d'explorer différents modèles et formats d'évaluation, d'en discuter avec les participants et d'élargir le débat. De brefs exposés introductifs permettent de présenter diverses approches et formats susceptibles d'être utilisés dans la communication scientifique:
- Peut-on définir des objectifs pédagogiques ou d'apprentissage et les évaluer pour des environnements d'apprentissage parascolaires?
- Est-il possible de mesurer l'efficacité d'activités d'apprentissage parascolaires qui présentent les facteurs intrant (input), extrant (output ou résultat), réalisation (outcome) et l'impact dans un rapport causal?
Dans l'échange avec les participants du workshop, une réflexion sur d'autres approches et expériences doit avoir lieu et certains des formats seront expérimentés.
Le dialogue participatif est important pour parvenir à des exemples de «meilleures pratiques».
Les «Expéditions au cœur de la botanique», financées dans le cadre d'Agora 2012–2014 par le FNS, évaluées à l'aide d'un cadre logique, constituent l'arrière-plan de ce workshop.

Session 15 - Quelles devraient être les stratégies de vulgarisation et de communication?

Atelier: Au fond à côté du radiateur: des ateliers pour enfants ... destinés aux adultes


Gilles Hernot, Musée d'histoire des sciences à Genève
Romain Roduit, Espace des Inventions

 

Website

Website

 

Slides

  Rien ne vaut l'expérience! Vous avez entendu parler du concept «atelier pour enfants adapté aux adultes» et vous avez envie de le tester? Cet atelier est pour vous. Après une brève introduction théorique, nous nous lancerons dans la réalisation d'un objet proposé lors de la session d'avril – mai de « Au fond à côté du radiateur ». Ces ateliers pour anciens cancres permettent de s'adresser à un public curieux et décomplexé. Cette expérience pratique est un excellent moyen pour aborder les écueils à éviter lors de sessions de ce genre.

Présentation: Une brèche pour la médiation archivistique


Gregor Dill, Stiftung Sportmuseum Schweiz

 

Website

 

 

  Le concept de «médiation archivistique», que je préconise, place pour une fois la science de la communication au début et non à la fin de la démarche scientifique: La communication scientifique n'est pas ici la transmission (populaire) des résultats de la recherche scientifique, mais la mise en place (populaire) de canaux de communication entre les sources (archives) et le public au service de la science, qui bénéficie des processus de communication appropriés et est mis en marche ; un rôle central étant attribué au terme de crowdsourcing.
Ou vu d'un autre angle: Que peut faire la communication scientifique s'il existe effectivement des sources (archives), mais qu'elles n'ont pas encore été scientifiquement analysées. Doit-elle se taire ? Non, elle doit et peut se déployer. Notamment via diverses formes de médiation archivistique.

Présentation: Study of the «Scientainement» landscape in the San Francisco Bay Area


Aurélie Coulon, swissnex San Francisco

 

Website

 

Slides

  In the hornet's nest of digital culture, how do we talk about science? Based on our experience at swissnex San Francisco, the Swiss open house for Science, Technology, Art and Education in San Francisco, we will discuss the importance of the «scientainement» culture on the West Coast, where science is a fun and fascinating world. In the «in silico» ecosystem where being nerd is cool, and where the culture of makers and entrepreneurs is an important aspect of the society, the border between scientists and non-scientists blurs. How do museums, research institutions and communities adapt their strategy for public outreach?
In this presentation, we will take examples of events organized by those entities to analyze the objectives, formats and impacts of «fun» science events. In particular, we will describe how organizers use social media to engage their public and how science gaming brings another perspective for the direct dialog between the scientist and the non-scientist.

Session 16 - Comment découvrir quelque chose de nouveau?

Atelier: Comment naissent les véritables innovations?


Michael Hartschen, Brain Connection GmbH

 

Website

 

Slides

  Le monde professionnel exige de la nouveauté, de l'inédit. La soi-disant nouveauté est souvent du déjà vu, précisément par manque de véritable innovation. L'emballage, le nom changent. Le produit est complété, modernisé. Pour être plus précis au moins 90 % des nouveaux produits sont déjà de l'histoire ancienne. La véritable innovation est rare et ne représente que 10 %. La question de savoir comment naissent ces véritables innovations s'impose donc. Que se passe-t-il en arrière-plan dans l'entreprise? Quel tri opère-t-on parmi les 90% de fausses innovations avant qu'une véritable nouveauté voie le jour?
C'est exactement le sujet abordé dans le workshop de Brain Connection GmbH. A la fin de l'atelier, vous sortirez avec des résultats tangibles en main et serez prêts pour de véritables innovations. Tout y est matière à la mise en pratique : un thème spécifique ainsi que des propositions de solution. Tout sera élaboré, discuté, vérifié et évalué en équipe. L'animateur, M.Hartschen, apporte la boîte à outils méthodologique et vous les idées et les solutions – peut-être?
Session 17 - Quel est le rôle de la communication scientifique (centres de recherche, laboratoires pour écoliers, festivals ...) par rapport à l'enseignement scolaire?

Présentation: Evaluation d'offres éducatives extrascolaires


Peter Tremp, Michael Frais, Pädagogische Hochschule Zürich

 

Website

 

Slides

  Les offres éducatives extrascolaires pour les enfants et les adolescents poursuivent des objectifs différents et sont donc dans un rapport spécifique aux offres éducatives scolaires resp. aux objectifs scolaires. Dans le même temps, elles sont exonérées de certaines exigences qui s'appliquent à l'école. Cela se traduit par des caractéristiques spécifiques (et des points forts) pour chaque offre éducative extrascolaire.
Cette communication propose une structure régulatrice pour ces offres éducatives extrascolaires, vérifie sa relation à l'enseignement scolaire et pose la question de la forme appropriée de l'évaluation. Elle prend pour thème comme éléments essentiels d'une forme appropriée de l'évaluation notamment des objectifs possibles d'activités d'apprentissage parascolaires, des indicateurs, des modèles d'impact ainsi que des questions de fond concernant le développement d'instruments d'enquête.

Présentation: Comment communiquer la science avec le corps enseignant?


Nicolas Robin, Pädagogische Hochschule St. Gallen

 

Website

 

Slides

  Les projets de recherche et de développement en didactique des sciences sont de plus en plus nombreux en Suisse, comme en témoigne entre autres la plateforme educa.MINT. Cette recherche est intimement liée à l ̇enseignement de la science. La communication entre le monde académique et le corps enseignant est par conséquent primordiale. Cependant, parlons-nous le même langage? Les enseignants et les élèves ne sont-ils pas, pour les chercheurs et développeurs, que des objets de laboratoire? À l'inverse, ces derniers ne sont-ils pas, pour le corps enseignant, que des théoriciens dans leur tour divoire? Au-delà de ces questions volontairement provocatrices, la présente communication tentera d'apporter une réflexion illustrée autour de cette question délicate de la communication entre le monde académique et le monde enseignant. Car si les chercheurs et développeurs sont parfaitement conscients de la nécessité de communiquer avec les enseignants, il n'en est pas forcement de même pour les enseignants. Cette question de la communication et du transfert de savoirs est la clef de voûte de tous les projets d ̇encouragement dans le domaine MINT.

Présentation: Un outil utile ou utilisé? La médiation scientifique vue par les enseignants

 

Michela Luraschi, L'ideatorio USI

 

Website

 

 

  «Pour quelle raison avez-vous décidé de visiter ce projet?». Cette question nous permet d'enquêter le doute qui demeure sur l'utilité des expositions interactives, des festivals de la science, et des laboratoires didactiques. Comment sont perçus les instruments de transmission informelle de la science? L'ideatorio (USI) a développé différents projets pour la mise en pratique de la médiation scientifique, avec au centre la transformation du visiteur dans un «acteurs-actif». Après plusieurs années, nous pouvons identifier certaines raisons pour lesquelles les enseignants choisissent de rendre visite aux activités proposées. D'un côté, il y a la possibilité d'approfondir un thème qui est dans le programme d'école, de l'autre, l'intérêt vers la méthodologie d'apprentissage informel et « alternatif ». À la base du choix des enseignants, reste cet apparent effet de fascination positive que les activités de médiation provoque parmi les élèves.
Session 18 - Comment évaluez-vous l'impact de la communication scientifique, plus particulièrement lors de manifestations ?

Présentation: Planification et action fondées sur les preuves – aussi dans la communication scientifique?


Andreas Müller, Fac. des Sciences/Sect. Physique Institut Universitaire de Formation des Enseignants (IUFE)

 

Website

 

Slides

  Comment peut-on promouvoir l'intérêt, une attitude d'ouverture, la compréhension et (last but not least) la réflexion critique sur les développements scientifiques et techniques?
Les décisions devraient être fondées sur les meilleures preuves disponibles (preuve signifiant ici – contrairement à l'usage habituel – résultats empiriques). C'est le cas en médecine, mais aussi depuis quelque temps dans l'éducation où un mouvement dans la recherche et le développement cherche à prendre au sérieux cette idée (cf. l'étude « Hattie » ; mais cette évolution avait déjà commencé bien avant).
Il s'agit de présenter certaines méthodes et des résultats essentiels, en s'attachant tout particulièrement à l'apprentissage informel et de discuter si et dans quelle mesure la communication scientifique peut bénéficier de ces approches.

Présentation: Transmettre la science au public: utilité, illusions et insuccès


Giovanni Pellegri, L'ideatorio USI

 

Website

 

Slides

 

  Qu'est-ce qui détermine le succès d'une initiative de médiation scientifique et comment mesurer l'impact des efforts réalisés pour rapprocher la science à la société ? Sur la base d'une analyse de ses projets, L'ideatorio (antenne régionale de Science et Cité dans la Suisse italienne) a essayé de mettre en évidence les points forts et les points faibles des différents instruments utilisés (cafés scientifiques, festival, radio et TV, expositions, laboratoires, etc). À la fin une question devient décisive : les actions de vulgarisation scientifique sont-elles vraiment utiles ? Arrivent-elles à atteindre leur but? Et quelle est le but principal de la promotion du dialogue science/société?

Présentation: Le musée comme interface privilégiée de la communication scientifique?


Carole Varone, NCCR Affective Sciences à l'Université de Genève
Aurélie Coulon, swissnex San Francisco

 

Website

Website

 

Slides

 

  Quels sont les avantages et les inconvénients de collaborer avec un musée pour communiquer, à un large public, les résultats de la recherche scientifique? La communication répondra à cette question en présentant trois exemples concrets d'événements muséaux pilotés par le NCCR Affective Sciences (UNI Genève) en Suisse et en Californie.
- «L'expression des émotions chez l'homme et l'animal» est une exposition qui s'est tenue d'octobre 2009 à janvier 2010 au Muséum de Genève.
- «Frank Schramm: Stand-up-reporting live from ground zero» a rassemblé des photographie sur le couverture médiatique de 9/11 au Musée de l'Elysée à Lausanne de septembre à novembre 2011.
- Finalement, swissnex San Francisco et le NCCR Affective Sciences ont coorganisé, avec l'Academy of Science de San Francisco, une «Night life» dédiée au rôle des émotions dans l'écoute musicale en mai 2013.
Comparer ces trois événements livrera des enseignements très riches, car ces expériences concernent des thèmes variés mais aussi des contextes institutionnels et culturels très différents.
Session 19 - Résumé

Richard-Emmanuel Eastes, Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes (France)

 

Website

 

Pecha Kucha

 

Résumé 1:

Thomas Zeltner, Stiftung Science et Cite 

 

Website

 

 Résumé 2


 Comité du programme

 

Partenaires